La société Klearia

Historique

 

Klearia est une spin-off née au Laboratoire de photonique et nanostructures (LPN-CNRS) suite à la découverte d'une technologie innovante de collage de puces microfluidiques en verre.

 

Grâce à cette technologie, Klearia surmonte une limite technologique majeure en collant à basse température entre 100 ° C et 300 ° C et parvient à intégrer une plus large gamme de matériaux et de dispositifs. Par exemple, notre technologie exclusive et brevetée nous permet de développer des instrumentations en carbone sur une puce et des structures métalliques potentiellement nanostructurées.

 

La biologie, la santé, l'environnement et l'agroalimentaire sont des secteurs pouvant être très intéressés par le développement de capteurs microfluidiques permettant la détection électrochimique. Cette innovation permet de réaliser un processus complet à l'intérieur de la puce. Vous pouvez trouver une solution adaptée à vos besoins microfluidiques grâce à nos services personnalisés de conception et de développement.

 

Klearia travaille avec assiduité à la création de nouveaux produits et processus précieux. Grâce à son expertise, Klearia entend répondre aux problématiques de développement durable en matière de chimie responsable et de conservation des ressources naturelles.

 

Equipe

Clement NANTEUIL

Fondateur et directeur général

  • Gris LinkedIn Icône

Daniel VILLESSOT

Conseiller scientifique

  • Gris LinkedIn Icône

Guillaume LAFFITE

Responsable fonderie microfluidique 

  • Gris LinkedIn Icône

Jean-Philippe PAVARD

Responsable commercial

  • Gris LinkedIn Icône

Abdelkarim FERCHICHI

Ingénieur fonderie microfluidique

  • Gris LinkedIn Icône

Ghazi AYARI

Responsable R&D capteurs

  • Gris LinkedIn Icône

Cécilia GRASSO

Assistante ingénieure R&D capteurs

  • Gris LinkedIn Icône

Assistante de direction

Léa AUBOUR

  • Gris LinkedIn Icône

Jérémy ONOFRE

  • Gris LinkedIn Icône

Ingénieur R&D capteurs

 

Partenaires

 

Nos projets et collaborations

FLAshMoB : FunctionaL Amyloid chimera for Marine Biosensing

 

Klearia travaille sur le projet FlashMob financé par l'ANR dans le cadre du programme H2020 Martera.

 

L'objectif est de développer de petites plates-formes de biocapteurs robustes, portables, faciles à utiliser et permettant de surveiller les contaminants marins avec une sensibilité et une spécificité élevées, offrant ainsi la possibilité de travailler sur site et dans un large éventail de matrices. Les bases pour le développement des capteurs miniaturisés sont des protéines chimères dotées à la fois des propriétés adhésives d’un fragment amyloïde à auto-assemblage et de la capacité de reconnaissance de protéines spécifiques, telles que:

  1. la laccase, une enzyme oxydante utile pour détecter les polluants aromatiques, les hydrocarbures aromatiques polycycliques et les perturbateurs endocriniens;

  2. L'arséniate réductase, une enzyme extrémophile à utiliser pour la détection spécifique de l'arsenic;

  3. Des anticorps contre les toxines marines des algues, telles que la saxitoxine et l'acide domoïque;

  4. La glutathion S-transférase (GST), une protéine multifonctionnelle utile pour la détection de la teneur totale en métaux lourds.

Pour en savoir plus

https://www.martera.eu/projects/flashmob

MIP_WQT: Les MIP en tant qu'absorbants ou éléments de reconnaissance pour la surveillance des polluants dans les eaux

Le projet vise à mettre en œuvre des stratégies innovantes basées sur les polymères à empreintes moléculaires (MIP), avec des approches analytiques et bioanalytiques intégrées et complémentaires afin de:

 

  1. permettre une surveillance plus fiable et plus représentative des polluants pertinents à ultra-traces;

  2. améliorer la compréhension du mode d'action des polluants sélectionnés en mettant l'accent sur la perturbation du système endocrinien;

  3. améliorer la connaissance des effets de cocktail dans les environnements naturels;

  4. soutenir l'innovation et la compétitivité en métrologie environnementale au niveau national.

Les molécules MIP sont synthétisées par les partenaires de Klearia. Ils sont ensuite utilisés sur des électrodes pour la détection quantitative de polluants ou comme extraction sélective par échantillonnage, rendant ainsi leur analyse quantitative plus fiable et plus sensible à l’aide de capteurs électrochimiques sur puces.

SURIMI: Résonance plasmonique de surface pour la détection in situ des ions métalliques

Le projet SURIMI a pour objectif de développer un capteur multi-paramétriques d'éléments métalliques capable d'effectuer des analyses robustes et sensibles dans des environnements allant des environnements de laboratoire aux conditions les plus difficiles (par exemple, les océans profonds et / ou les mers polaires).

Deux applications sont ciblées:

 

  1. La surveillance de la pollution par Cd, Hg, Pb et Ni: un système de laboratoire et un système sur site seront développés et valorisés industriellement par Klearia.

  2. Des études océanographiques sur le Ni, le Cu, le Zn et le Hg: un système sous-marin océanique permettant un criblage rapide de ces éléments dans l'eau de mer sera développé et testé.

Pour atteindre cet objectif, le projet SURIMI vise à associer des technologies de pointe telles que les polymères plasmoniques, les polymères imprimés et la microfluidique. Les systèmes consisteront en un transducteur SPRI (Surface Plasmon Resonance Imaging), fonctionnalisé par de nouveaux polymères à empreinte ionique (IIP) spécifiques aux éléments cibles. Ils seront capables de doser quatre éléments métalliques différents à une concentration aussi faible que le nM toutes les 5 min.

Pour en savoir plus:

https://anr.fr/Project-ANR-18-CE04-0010

BACTERI'EAU

Klearia est l’un des principaux partenaires du projet BACTERI’EAU financé par l’ANR.

 

BACTERI’EAU est un projet collaboratif public-privé associant deux équipes académiques et deux PME ayant une expertise et un savoir-faire en synthèse organique, détection électrochimique, modifications de surface, microfluidique, microbiologie et un comité d'utilisateurs finaux.

BACTERI’EAU a pour objectif de développer un nouveau dispositif microfluidique utilisant un capteur électrochimique innovant pour la surveillance in situ et en temps réel de la qualité bactériologique de l’eau. Deux capteurs seront développés et intégrés dans la même puce. L'un ciblant les E.Coli totaux et l’autre les pathogènes les plus pertinents sur le plan clinique (E. coli produisant une toxine de Shiga) dans un échantillon d’eau.

Pour en savoir plus:

http://www.agence-nationale-recherche.fr/Projet-ANR-16-CE04-0014